dimanche 23 septembre 2007

De quoi est coupable Maouiya ould Sid’Ahmed Taya ?

Qu’est-ce qu’un président ? c’est un chef d’Etat qui préside. Qui préside aux destinées d’un pays. Et comment le fait-il? A travers son gouvernement, ses conseillers, son parti politique...et ses courtisans.
Est-ce que tout ce beau monde est au Qatar avec Ould Taya? Evidemment que non. Et où est-il? En Mauritanie, évidemment. Et que fait-il ? Il est dans le gouvernement , dans les ambassades, dans les conseillers, dans le parlement, dans le parti pris et à prendre.

Alors pourquoi en veux-t-on à Taya si tous ceux qui l’on conseillé, qui ont été ses influents ministres, ses partisans, se courtisans et qui sont les responsables de premier rang de ce qui advînt au pays, sont toujours là?

Va-t-on nous faire croire que tant de détournements de fonds publics, de corruption, de blanchiment d’argent de drogue en circulation, de mauvaise gestion publique, de l’Etat de délabrement du pays, de la misère des populations, c’est Ould Taya et lui seul qui l’a voulu et exécuté.
Qu'on le veuille ou non, un Président est ce que son entourage en fait, et c'est l’entourage de Ould Taya qui est la cause première et le bras exécutant et souvent concepteur de tout ce qui s’est passé de malheurs dans le pays, est toujours là. Mieux , il s’est confectionné une nouvelle légitimité.

Mieux encore, celui qui l’a renversé était son directeur de la sûreté. Et qu’est-ce qu’un directeur de la sûreté ? C’est celui qui sait tout qui entend tout et qui donne les ordres pour poursuivre, incarcérer et , dans une dictature, réduire les citoyens au silence. Combien de faux dossiers préparés par la police ont permis de traduire des opposants devant la justice dans des procès infinis pour complots et autres crimes contre la sûreté de l’Etat ? Combien de citoyens ont été torturés dans les commissariats et à l’école de police ?

Est-ce Taya qui a inventé le « jaguar » ? Non. Mais son directeur de la sûreté le sait. Et pourtant c’est ce directeur de la sûreté qui le renversa au nom de la Démocratie et…de la justice.
Et nous eûmes une transition dans laquelle on fustigeait l’ancien régime corrompu et despote par la bouche du premier ministre de l’ancien régime corrompu qui était redevenu ..premier ministre de la transition.
Qui véhiculait à l’échelle gouvernementale la politique de l’Etat? Le premier ministre.

Un directeur de la sûreté de Taya devenu chef de l’Etat et un premier ministre de Taya qui devient premier ministre et l’on continue à accuser Taya de tous les crimes. Un Système autrement composé sans Taya. Et qui se recomposa après le élections de mars 2007. On eût un nouveau président, un nouveau premier ministre et on garda le reste. Deux personnes face à un régime ancien qui se reconstitue.

La personne qui s'est refugiée au Qatar n’est rien d’autre que le reflet d’une gigantesque toile qu’elle a participé à construire, mais elle n’est pas moins coupable que tous ceux qui l’ont portée aux nues, qui ont profité de sa présence pour piller le pays, déporter les populations, torturer les citoyens et mettre le pays à genoux.

Et ceux-là n’échapperont pas à tout procès qui se sera fait à Taya. Et celui que les avocats de l’organisation non gouvernementale basée à New York City, « Refugee Defense Alliance » viennent de lancer contre Maouiya ould Sid’ahmed Taya en saisissant officiellement les autorités du Qatar, ne manquera pas de faire des remous. Car à la première question du tribunal à venir qui sera certainement celle-là : « Monsieur le président Maouiya ould Sid’ahmed Taya, plaidez-vous coupable ? » la réponse sera soit celle-ci : « Oui monsieur le juge, mais je ne suis pas seul. », soit celle-la : « Non monsieur le juge, voici les coupables.. »

Et dans les deux cas de réponse, la liste sera longue, très longue. A l’image de tous ceux qui "l’on trahi", qui l’ont aidé à maintenir son régime, qui ont exécuté ses ordres ou qui ont agi par eux-mêmes.

En fait de quoi serait coupable Maaouya ould Sid’ahmed Taya si ses collaborateurs ne le sont pas aussi ?

Et on le sait, en droit international, en matière de crimes contre l’humanité, la responsabilité du chef n’exclut pas celle de ses subordonnés même agissant sous ses ordres. Qu’ils soient civils ou militaires.

Pr ELY Mustapha
.
* Le tableau illustratif de cet article s'intitule "Justice et injustice" .

3 commentaires:

  1. C'est parfait Prof. Cela permet de remettre les pendules à l'heure. J'ai même toujours eu l'impression que le coup d'état a été fait (c'était juste) par ceux-la même qui savaient qu'une autre alternative les amenerait à leurs pertes (corps et biens) si des putshistes d'obedience nationaliste plus radicaux que les auteurs du coup du 3 août (c'était bien le 3 août?)avaient réussi les leurs, appuyés de près ou de loin par des pays bien connus (ils ont tous apparu au même moment comme s'ils étaient organisés par quelque chef d'orchestre, avec un Ambassadeur d'un pays "ami" appelant le premier Ould Taya à l'aube, ce qui prouve qu'il connaissait et avait le feu vert de son administration). Sidioca doit serieusement lire cette note et refléchir à la composition du Parti-Etat qu'il est entrain de mettre en place. Beaucoup parmi son entourage ont abandonné Moctar, Ould Welati, Ould Haidala, Ould Taya et Ould Mohamed Vall au moment où le vent tournait dans une nouvelle direction.

    Sachant que vous avez très bien lu et enseigné le droit international, j'ai personnellement pris note que Ould Taya n'est PLUS le seul coupable et cela fait peur. Voici un militaire timide qui a été transformé très rapidement en dictateur sanguinaire par sa parentèle et les autres membres de son entourage economico-militaire pour une question d'el assabiya qui ne tient pas la route et autres raisons uniquement pécunières. C'était ubuesque et honteux.

    Sidioca: faites attention. Vous êtes pris en otage. Je crois que peut-être seul Ould Abdel Aziz peut vous proteger pour quelque temps, mais faites un effort pour faire bien ... et de manière independante. La majeure partie de votre entourage est habituée au crossing et au double crossing (trahison perpetuelle). Bonne chance et qu'Allah vous soutienne jusqu'en 2012. Je n'ai pas voté pour vous, mais je vous comprends.Ne vous representez pas en 2012, quel que soit la chanson que votre parentèle vous chantera. Ecoutez le conseil de quelqu'un qui ne cherche rien de votre part, sauf bien faire pour ancrer la démocratie dans ce pays et le débarasser de la corruption, du patronage, de l'incompétence et de la recherche du pouvoir pour le pouvoir. Ce n'est plus la Mauritanie que vous aviez laissé en partant au Niger ...

    Merci Prof. Il fallait le dire comme vous l'avez si bien dit.

    RépondreSupprimer
  2. Prof,

    $200 millions c'est faramineux. Où est-ce que le Soudan trouve cet argent? J'ai fait le paralelle entre Mattel, Mauritel (votre article) avec les $200 millions de Sudatel. J'ai bien l'impression que depenser un peu plus que ses concurrents est une bonne approche pour gagner les marches, car ils recupereraient peut-etre en un an (senegal est plus du double de la RIM en matiere de population).

    Maintenant l'autre aspect politique (position des US): c'est clair que c'est lié a la crise du Darfour. Ce n'est apparamment pas le Soudan comme republique derriere Sudatel, mais des individus. Ou trouvent-il facilement cet argent. Les investisseurs du Golfe? Pourquoi passer par le Soudan?

    ============

    Sudatel, Sudatel, opérateur téléphonique du Sénégal, et en Mauritanie inscrite sur la «liste noire» de Bush

    Sudatel, le futur opérateur téléphonique du Sénégal, inscrite sur la «liste noire» de Bush : Elle financerait des activités terroristes. La société Sudatel, adjudicataire d'une licence globale de télécommunications, figure sur une "liste noire" d'entreprises et de personnalités soudanaises soupçonnés d'activisme au Darfour, Etat en proie à des affrontements entre groupes rebelles et milices progouvernementales, a révélé samedi l'avocate Aïssata Tall Sall.

    "C'est le plus inquiétant dans cette affaire. Quand nous avons mené des investigations, nous avons découvert que Sudatel est sur une liste noire de sociétés et de personnalités sous sanction du gouvernement américain", a notamment dit Me Tall.

    "Ces sociétés -- propriété ou sous contrôle du gouvernement soudanais -- ont fourni de l’argent liquide au régime de (Omar el) Bashir, lui permettant ainsi d’acheter des armes et d’attiser les combats au Darfour", selon Henry M. Paulson, secrétaire d’Etat américain au Trésor dans un document cité par le bureau politique du Ps.

    "C’est scandaleux et ça mérite quand

    même des explications. Une société aussi mal référencée", a commenté Aïssata Tall Sall qui a relevé les "doutes" et "interrogations" du Ps sur les capacités de Sudatel. Ella a ajouté : "compte tenu de toutes ces informations, le pouvoir en place et le Président de la République en premier sont interpellés afin que toute la lumière soit faite sur cette nébuleuse affaire".

    La nouvelle licence globale de télécommunication a été attribuée le 7 septembre dernier à la société soudanaise des télécommunications (SUDATEL). SUDATEL a mis sur la table 200 millions de dollars (environ 100 milliards de francs Cfa) contre 152 millions de dollars et 105 de la même monnaie proposés respectivement par BINTEL et CELTEL, deux autres soumissionnaires dont les dossiers ont été examinés par la commission Ad hoc mise en place par l’Agence de régulation des télécommunications et des postes.

    Source : www.rewmi.com

    RépondreSupprimer
  3. Professeur vous avez parfaitement raison. Ces perpetuels collabos sont responsables et souvent seuls responsables de tous les malheurs de pays.

    Sanhaji

    RépondreSupprimer

Bienvenue,

postez des messages respectueux des droits et de la dignité des autres. Ne donnez d'information que certaine, dans le cas contraire, s'abstenir est un devoir.

Pr ELY Mustapha

Nombre total de pages vues

Nombre de visiteurs

Poésie de la douleur.